[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La maca bio antioxydant naturel puissant

La maca (Lepidium meyenii Walpers) est une plante Ă  racine pivotante de la famille des Brassicaceae. Elle est cultivĂ©e comme aliment et pour ses vertus mĂ©dicinales depuis le NĂ©olithique dans les Hautes Andes pĂ©ruviennes, Ă  l’altitude de 3500 Ă  4200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Histoire

L’espèce Lepidium meyenii Walpers, qui comprend une forme cultivĂ©e et une forme sauvage d’aspect variable, a Ă©tĂ© dĂ©crite par Wilhelm Gerhard Walpersen 1843 d’après un exemplaire recueilli Ă  Pisacoma (3919 m d’altitude) Ă  environ 60 km au sud du lac Titicaca, dans le dĂ©partement de Puno au PĂ©rou. Cet holotype Ă©tait soit d’origine totalement sauvage soit issu d’une culture retournĂ©e Ă  l’Ă©tat sauvage après la mise en jachère du champ d’origine.
Elle est cultivĂ©e depuis une Ă©poque très reculĂ©e dans la rĂ©gion du lac Chinchaycocha ou lac Junin (dĂ©partement de Junin), dans les Andes centrales du PĂ©rou, Ă  une altitude supĂ©rieure Ă  4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Des restes de maca ont Ă©tĂ© identifiĂ©s dans une grotte prĂ©historique de la rĂ©gion. Ă€ partir de la conquĂŞte espagnole, sa culture a Ă©tĂ© attestĂ©e par plusieurs chroniqueurs, dont Cieza de Leon (1533), Guaman Poma de Ayala (1615), Vasquez de Espinoza (1617) et Padre Cobo (1653). Les voyageurs naturalistes des XVIIIe et XVIIIe siècles l’y ont Ă©galement mentionnĂ©e.
Vers 1980, sa culture Ă©tait devenue rĂ©duite Ă  une dizaine d’hectares.
Dans les années 1990, le président péruvien Alberto Fujimori en voyage au Japon parle de cette plante dans un de ses discours. Des commandes importantes arrivent alors du Japon et la commercialisation internationale commence.
La rĂ©introduction expĂ©rimentale de ce tubercule en Bolivie a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e en 2000 par la biologiste de l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) Katia Humala-Tasso et par Pierre-Olivier Combelles Ă  la station « Belen » de la FacultĂ© d’Agronomie de l’UniversitĂ© Mayor de San AndrĂ©s de La Paz, près d’Achacachi (Bolivie), au bord du lac Titicaca.
Aujourd’hui, la commercialisation de maca connaĂ®t une expansion extraordinaire ; elle est exportĂ©e dans le monde entier.

Rusticité

Ce tubercule est l’une des très rares plantes Ă  pouvoir survivre dans les conditions climatiques extrĂŞmes qui sĂ©vissent sur les hauts plateaux des Andes : soleil implacable et tempĂ©ratures Ă©levĂ©es le jour, gel intense la nuit, vents violents et soutenus qui dessèchent la plupart des vĂ©gĂ©taux et causent une importante Ă©rosion des sols, crĂ©ant de ce fait des conditions semi-dĂ©sertiques.
Les terres vierges, espaces de la steppe de la puna n’ayant jamais Ă©tĂ© cultivĂ©es auparavant, donnent les meilleurs cultures.

Description

Lepidium meyenii existe encore Ă  l’Ă©tat sauvage dans les Andes, Ă  l’Ă©tage de la puna, oĂą elle porte le nom de « chichicara » en quechua et de « januckara » en aymara. La partie aĂ©rienne est rĂ©duite, mais la racine est très charnue.
Une autre espèce sauvage Ă  racine charnue, très proche du type de Walpers et des exemplaires de Lepidium meyenii sauvages conservĂ©s Ă  l’Herbier national de Bolivie Ă  Cota-Cota, Lepidium kalenbornii Hitchcock, a Ă©tĂ© dĂ©couverte par Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso dans la rĂ©gion du lac Chinchaycocha ou lac Junin, berceau de sa culture dans les Andes centrales du PĂ©rou.
Cette plante est une espèce en voie de domestication qui retrouve rapidement ses caractĂ©ristiques sauvages lorsqu’elle est Ă  l’abandon. Sa domestication est peut-ĂŞtre liĂ©e Ă  celles des Camelidae sud-amĂ©ricains (lama, alpaca) au NĂ©olithique, les engrais animaux favorisant le dĂ©veloppement de sa racine.
La culture sur la mĂŞme parcelle annĂ©e après annĂ©e Ă  l’aide d’engrais chimiques donne un goĂ»t amer au tubercule et le rend vĂ©reux.

Utilisation

Au Pérou, ce tubercule est transformé de plusieurs façons : cru, cuit ou séché. Avec cette plante, les Péruviens préparent des biscuits, des gâteaux, des chips, et des boissons.
Le Lepidium meyenii n’est pas un mĂ©dicament, mais peut ĂŞtre commercialisĂ© comme complĂ©ment alimentaire. C’est une source alimentaire de qualitĂ© supĂ©rieure. Le tubercule est utilisĂ© depuis des milliers d’annĂ©es par la population locale. Ă€ prĂ©sent, les PĂ©ruviens utilisent encore cette plante comme source alimentaire. Mais aussi au-delĂ  des frontières du pays, cette plante est maintenant connue, tant en AmĂ©rique du Sud et du Nord qu’en Europe.
Ce tubercule est surtout connu sous le nom de « ginseng pĂ©ruvien » ou « viagra pĂ©ruvien », parce que cette plante stimulerait la libido, ces vertus prĂ©tendument aphrodisiaques n’Ă©tant pas scientifiquement Ă©tayĂ©es3. Cette plante permet Ă©galement de lutter contre la stĂ©rilitĂ© masculine en amĂ©liorant la qualitĂ© du sperme4. Il n’y a aucun effet secondaire connu.
Ses potentialitĂ©s mĂ©dicinales sont actuellement en cours d’Ă©tude pour identifier les molĂ©cules actives dans l’utilisation traditionnelle. Les trois Ă©cotypes principaux semblent avoir des effets lĂ©gèrement diffĂ©rents sur les hommes et les femmes, mais toujours bĂ©nĂ©fiques pour la fertilitĂ©.
Comme le marchĂ© des complĂ©ments alimentaires aphrodisiaques est très lucratif, cette plante ou plutĂ´t les extraits de cette plante ont fait l’objet de licences dans de nombreux pays. Les paysans pĂ©ruviens, soutenus par leur gouvernement, ont rĂ©agi Ă  ces tentatives d’appropriation d’une de leurs plantes mĂ©dicinales traditionnelles.


 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer