Boutique Biologiquement.comLa Maca bio et la fertilité retrouvée

  Posté par maca       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 4/5]

Maca bio antioxydant naturel puissant, fertilité ?

L’influence de la Maca sur la fertilité a été démontrée en laboratoire :
des rats qui se sont nourris avec des extraits d’alcaloïdes de la Maca ont permis de constater un accroissement des spermatozoïdes et une maturation folliculaire accélérée résultant en une progéniture plus nombreuse.
des cochons d’Inde alimentés avec des plantes Maca pulvérisées ont vu leur fertilité et leur progéniture augmenter de 100 %.
des moutons ayant ingéré 80 grammes de Maca par jour pendant deux semaines produisaient beaucoup plus de spermatozoïdes d’une plus grande mobilité.

La Maca bio et la fertilité retrouvée
La Maca bio et la fertilité retrouvée

Les effets positifs de la Maca sur la fertilité ainsi que son influence sur la frigidité et l’impuissance pourraient être attribués à la prostaglandine et aux esters présents dans le tubercule. En outre, la Maca aurait des vertus préventives contre le cancer, ce qui pourrait s’expliquer par la glucosine et le benzyle isothiocyanate.
D’une part, la Maca est traditionnellement prescrite contre les troubles liés à la menstruation et à la ménopause. D’autre part, elle est reconnue comme un fortifiant général.

Maca et fertilite, tests laboratoire

La Maca est une plante Péruvienne qui a été énormément utilisée par les Indiens des Andes afin d’améliorer la fertilité des humains et aussi du bétail. Il a été rapporté qu’après la Conquête de l’Amérique du Sud, les colons Espagnols avaient remarqué chez leur bétail un taux de reproduction inférieur à la normale, sur ces sommets des Andes. La même observation s’appliquait aussi aux humains. Les Indiens des Andes ont recommandé la maca comme nourriture de base pour les animaux avec beaucoup de succès.

En 1961, des scientifiques ont étudié les propriétés de la maca et son effet positif sur la fertilité. L’étude faite par une universitaire Péruvienne (Dr Chacon) a démontré une augmentation de la fertilité des rats nourris avec la Maca. Pour cette étude, des rats normaux ont été utilisés ainsi que des rats qui avaient subi l’ablation chirurgicale des testicules. L’étude a démontré que les rats sans testicule ont eu une performance sexuelle égale ou supérieure à celle des rats normaux, après l’administration d’extraits de Maca. Les résultats de cette étude ont été compilés et publiés dans la revue scientifique ” Urology ” 55 :598-602, Avril 2000(9). Cependant, les résultats ainsi obtenus n’ont pas été considérés comme suffisants et une étude plus approfondie était nécessaire. Récemment les effets positifs du Maca sur la fertilité ont été démontrés par plusieurs études (Dr Gonzalez 2001, 2003, Dini et Al).

Boutique Biologiquement.comLa maca bio, le nouveau viagra naturel

  Posté par maca       1 commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Si vous vous baladez sur les salons bio, ou sur internet, et même à la TV, vous avez sûrement vu ou entendu parler du maca bio antioxydant naturel puissant, cette racine péruvienne.

La maca est présentée aujourd’hui comme le nouveau viagra naturel.
Depuis plusieurs mois, de nouvelles gélules contenant de la maca ont fait leur apparition, ces gélules sont principalement en vente sur internet.

La maca bio, le nouveau viagra naturel
La maca bio, le nouveau viagra naturel

Dans plusieurs publicités sur Internet, la maca serait une plante “miracle” contre la fatigue mais surtout pour “booster” les performances sexuelles.

Le maca est une plante originaire du Pérou. Elle pousse dans des conditions extrêmes et elle est consommée comme un simple légume, très nourrissant, par les Péruviens.

La maca (Lepidium meyenii) est une plante à racine pivotante de la famille des BrassicaceaeBrassicaceae. Elle est cultivée comme aliment et pour ses vertus médicinales depuis le Néolithique dans les Hautes Andes péruviennes, à l’altitude de 3500 à 4200 mètres au dessus du niveau de la mer.

Pour l’utilisation médicinale, on utilise uniquement en principe la racine de cette plante qu’on transforme en farine.
Depuis plus de 30 ans, les effets de la maca ont été étudiés par les scientifiques sur des souris. Ils ont observé que ceux qui ont pris de la maca étaient plus résistants, plus fertiles, avaient plus de force, voulaient davantage procréer et ils avaient moins de stress.

Boutique Biologiquement.comHistoire description utilisation de la maca bio

  Posté par maca       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 2/5]

La maca bio antioxydant naturel puissant

La maca (Lepidium meyenii Walpers) est une plante à racine pivotante de la famille des Brassicaceae. Elle est cultivée comme aliment et pour ses vertus médicinales depuis le Néolithique dans les Hautes Andes péruviennes, à l’altitude de 3500 à 4200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Histoire

L’espèce Lepidium meyenii Walpers, qui comprend une forme cultivée et une forme sauvage d’aspect variable, a été décrite par Wilhelm Gerhard Walpersen 1843 d’après un exemplaire recueilli à Pisacoma (3919 m d’altitude) à environ 60 km au sud du lac Titicaca, dans le département de Puno au Pérou. Cet holotype était soit d’origine totalement sauvage soit issu d’une culture retournée à l’état sauvage après la mise en jachère du champ d’origine.
Elle est cultivée depuis une époque très reculée dans la région du lac Chinchaycocha ou lac Junin (département de Junin), dans les Andes centrales du Pérou, à une altitude supérieure à 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Des restes de maca ont été identifiés dans une grotte préhistorique de la région. À partir de la conquête espagnole, sa culture a été attestée par plusieurs chroniqueurs, dont Cieza de Leon (1533), Guaman Poma de Ayala (1615), Vasquez de Espinoza (1617) et Padre Cobo (1653). Les voyageurs naturalistes des XVIIIe et XVIIIe siècles l’y ont également mentionnée.
Vers 1980, sa culture était devenue réduite à une dizaine d’hectares.
Dans les années 1990, le président péruvien Alberto Fujimori en voyage au Japon parle de cette plante dans un de ses discours. Des commandes importantes arrivent alors du Japon et la commercialisation internationale commence.
La réintroduction expérimentale de ce tubercule en Bolivie a été réalisée en 2000 par la biologiste de l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) Katia Humala-Tasso et par Pierre-Olivier Combelles à la station « Belen » de la Faculté d’Agronomie de l’Université Mayor de San Andrés de La Paz, près d’Achacachi (Bolivie), au bord du lac Titicaca.
Aujourd’hui, la commercialisation de maca connaît une expansion extraordinaire ; elle est exportée dans le monde entier.

Rusticité

Ce tubercule est l’une des très rares plantes à pouvoir survivre dans les conditions climatiques extrêmes qui sévissent sur les hauts plateaux des Andes : soleil implacable et températures élevées le jour, gel intense la nuit, vents violents et soutenus qui dessèchent la plupart des végétaux et causent une importante érosion des sols, créant de ce fait des conditions semi-désertiques.
Les terres vierges, espaces de la steppe de la puna n’ayant jamais été cultivées auparavant, donnent les meilleurs cultures.

Description

Lepidium meyenii existe encore à l’état sauvage dans les Andes, à l’étage de la puna, où elle porte le nom de « chichicara » en quechua et de « januckara » en aymara. La partie aérienne est réduite, mais la racine est très charnue.
Une autre espèce sauvage à racine charnue, très proche du type de Walpers et des exemplaires de Lepidium meyenii sauvages conservés à l’Herbier national de Bolivie à Cota-Cota, Lepidium kalenbornii Hitchcock, a été découverte par Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso dans la région du lac Chinchaycocha ou lac Junin, berceau de sa culture dans les Andes centrales du Pérou.
Cette plante est une espèce en voie de domestication qui retrouve rapidement ses caractéristiques sauvages lorsqu’elle est à l’abandon. Sa domestication est peut-être liée à celles des Camelidae sud-américains (lama, alpaca) au Néolithique, les engrais animaux favorisant le développement de sa racine.
La culture sur la même parcelle année après année à l’aide d’engrais chimiques donne un goût amer au tubercule et le rend véreux.

Utilisation

Au Pérou, ce tubercule est transformé de plusieurs façons : cru, cuit ou séché. Avec cette plante, les Péruviens préparent des biscuits, des gâteaux, des chips, et des boissons.
Le Lepidium meyenii n’est pas un médicament, mais peut être commercialisé comme complément alimentaire. C’est une source alimentaire de qualité supérieure. Le tubercule est utilisé depuis des milliers d’années par la population locale. À présent, les Péruviens utilisent encore cette plante comme source alimentaire. Mais aussi au-delà des frontières du pays, cette plante est maintenant connue, tant en Amérique du Sud et du Nord qu’en Europe.
Ce tubercule est surtout connu sous le nom de « ginseng péruvien » ou « viagra péruvien », parce que cette plante stimulerait la libido, ces vertus prétendument aphrodisiaques n’étant pas scientifiquement étayées3. Cette plante permet également de lutter contre la stérilité masculine en améliorant la qualité du sperme4. Il n’y a aucun effet secondaire connu.
Ses potentialités médicinales sont actuellement en cours d’étude pour identifier les molécules actives dans l’utilisation traditionnelle. Les trois écotypes principaux semblent avoir des effets légèrement différents sur les hommes et les femmes, mais toujours bénéfiques pour la fertilité.
Comme le marché des compléments alimentaires aphrodisiaques est très lucratif, cette plante ou plutôt les extraits de cette plante ont fait l’objet de licences dans de nombreux pays. Les paysans péruviens, soutenus par leur gouvernement, ont réagi à ces tentatives d’appropriation d’une de leurs plantes médicinales traditionnelles.